La CCIMA doit-elle se substituer aux créateurs d’entreprises à Wallis-et-Futuna ?

Mme la Présidente de la CCIMA de Wallis-et-Futuna.

   Suite à un récent reportage de « Wallis_1ère » sur les activités de la Chambre de Commerce de Wallis-et-Futuna qui concerneraient notamment un « centre de distribution d’artisanat et de produits locaux », ce qui ne semble pas spécifiquement relever des attributions d'une chambre consulaire, nous nous permettons de rappeler qu’elles sont d'ordinaire les attributions d’un tel organisme public, bref ce que peut faire – en droit – une CCI :

  • la maîtrise d’ouvrage et la gestion d’infrastructures (en conformité, le cas échéant, avec le schéma sectoriel régional correspondant) : routes nationales (autoroutes), ports, aéroports.
  • le recrutement et la gestion des personnels nécessaires au fonctionnement de ces infrastructures ;
  • la création et la gestion d’un fichier des entreprises de leur circonscription et de bases de données économiques nécessaires à leurs missions ;
  • la création d’un service d’aide administrative pour la création d’entreprises ;
  • la création et la gestion d’établissements de formation professionnels ;
  • La promotion d’entreprises locales et de leurs productions ;
  •  La création et la gestion d’un ou plusieurs offices de tourisme.

   Elles sont aussi consultées dans l’élaboration des schémas d’aménagement du territoire de leur circonscription. La liste n’est pas exhaustive mais, ce qui est sûr, c’est qu’elle ne comprend nullement la création et la gestion d’entreprises commerciales à but lucratif.

   Nous publions donc ci-dessous les diverses remarques que M. Hervé Delord, Président de la Fédération LR de Wallis-et-Futuna a bien voulu nous communiquer.

   Alors qu’une 2ème consultation de la population est en cours dans le cadre des assises de l’Outremer, la Présidente de la CCIMA, Madame TIALETAGI-VERGÉ, semble ignorer totalement les projets de créations d’entreprises déjà initiés.

   Nous apprenons par les ondes de WF-la-1ère que la Chambre interprofessionnelle va diriger un projet de centre de distribution d’artisanat et de produits locaux alors même qu’une telle initiative existe déjà, est en cours de réalisation et participe même au concours de projets des Assises d’OM.

   Son objectif ? Centraliser, promouvoir et exporter les produits locaux transformés de petites entreprises à Wallis et à Futuna dans les domaines agricole et artisanal pour assurer une production et une rémunération régulières aux apporteurs. Un site commercial de VPC sera d’ailleurs bientôt mis-en-ligne dès la mise en service du câble.

   Ce projet est directement issu des propositions de la fédération LRWF exposées dans le dossier « Agriculture : des choix pour des emplois » publié en décembre 2016.

   Une telle méconnaissance de l’actualité du secteur privé peut paraître inquiétante de la part d’une institution territoriale qui a la charge de fédérer les entreprises et prélève 1/3 des recettes sur le paiement des patentes afin d’assurer ses missions.

   Rappelons que, dans ce même cadre, les travaux de bâtiment à la CCIMA, subventionnés par l’Assemblée dont Monsieur VERGÉ est l’actuel Président, n’ont pas pour objet d’installer une activité concurrentielle dirigée par cette même institution mais de donner des locaux et des outils modernes à la Chambre pour le bénéfice de tout le secteur privé.

   Le rôle de la CCIMA n’est pas, à notre sens, de générer de la concurrence par sa propre implication ou sa substitution, fut-elle temporaire, à la gestion d’une entreprise mais de faciliter l’essor du tissu entrepreneurial dans nos archipels.

  Pourrait-on penser qu’il y a alors conflit d’intérêt dans ce dossier avec les activités commerciales privées de la Présidente de la CCIMA ? Nous ne doutons pas qu’elle sait rester neutre dans l’exercice de ses fonctions et qu’elle voudra bien dissiper nos interrogations.

   La fédération LRWF est signataire de plusieurs dossiers proposés aux Assises d’OM. Beaucoup ont inspirés de futurs entrepreneurs et ont fait l’objet, par eux, de dépôts de projets en ligne sur le site dédié. Nous comptons bien suivre de près leur évolution et seront attentifs à ce qu’ils aient tous la même chance d’aboutir à des créations d’emplois pour notre jeunesse.

Hervé DELORD, Président de la fédération Les Républicains de Wallis-et-Futuna.

 

Publié le mercredi 21 février 2018.